USA 2011 – Bilan et conclusions

Pour reprendre l’histoire dès le début, ça se passe ici: https://toudisenvadrouille.com/2011/06/14/usa-2011-preambule/

Avant de dresser un bilan, nous laissons passer plusieurs jours afin de redescendre sur terre et essayer d’avoir à nouveau un regard objectif.

Évidemment, nous pourrions vous saouler avec des commentaires du genre « incroyable », « merveilleux », « voyage de rêve » et cumuler tous les superlatifs. Oui, c’est le Grand Ouest Américain, tout le monde se doute que c’est grandiose. En effet, c’est effectivement le cas. Voilà.

Bilan humain

Rien à signaler, si ce n’est évidemment un certain mal à se remettre dans le bain au retour. Le décalage horaire est particulièrement sensible quand on revient en France. A l’aller, c’est beaucoup plus simple à gérer, on se lève très tôt les premiers jours, mais ça se passe très bien. Le personnel navigant long courrier des compagnies aériennes a un adage pour ça: « Fly best, fly west ».
Beaucoup de rencontres sur place, la moto est un vecteur incroyable pour les rencontres, le petit drapeau Français sur le top-case a attiré aussi beaucoup de curieux. De manière générale, les Américains aiment beaucoup la France et les Français.

Bilan financier. Le truc qui fâche.

Déjà, il faut y aller… Quoique, en réservant les billets à l’avance, on fait de bonnes affaires, et s’en sortir pour environ 600€ aller/retour. Il y a moyen de trouver moins cher, mais il faut sauter sur l’occasion. J’avais trouvé un vol aux alentours de 500€, mais à force de toujours vouloir trouver mieux, l’offre m’était passé sous le nez. Généralement, les meilleures offrent se trouvent environ 6 mois avant la date du départ.

Ensuite, le plus gros poste de dépense, celui qui fait mal, concerne la location de la moto. L’Electra Glide est le haut de gamme chez Harley, c’est donc donc la plus chère, le tarif de base est de 159$/jour. Pour 17 jours de location, nous arrivons à 2700$. Auquel il faut ajouter les assurances facultatives. Il y en a deux:

  • La VIP/EVIP. Il s’agit d’une assurance dommages vous dispensant de rembourser la moto si jamais elle est détruite ou volée… Selon le niveau d’assurance choisi, la franchise baisse, ainsi que la caution. Cette assurance varie entre 18 et 29$ par jour. Plusieurs choix:
  1. Pas d’assurance: VOUS remboursez la moto en cas de casse ou de vol. Et lors de la prise de la moto, vous laissez une caution de 3000$, qui sera restituée à la fin si tout est OK.
  2. VIP: Franchise de 2000$ en cas de destruction ou de vol, et caution de 2000$
  3. EVIP: Franchise de 1000$, caution de 1000$
  4. EVIP Zero: Franchise de 1000$ en cas de vol, pas de franchise en cas d’accident.

Une Electra Glide, c’est 25000$, à vous de juger si le risque vaut la peine d’être pris!

  • La SLI, qui est une couverture supplémentaire, à la fois juridique et pour les dégâts faits aux tiers. Il y a deux niveaux, une qui vous couvre à hauteur de 300.000$, l’autre à 1.000.000$. Connaissant le goût des Américains pour les procédures, attendez vous à vous retrouver au tribunal et à devoir payer des dommages et intérêts collossaux qui vous roulez sur le pied de quelqu’un…

Attention, les cartes bancaires Gold/Premier peuvent couvrir ce genre d’ennui, mais dans des montants assez faibles, et certaines ne couvrent pas les motos. Ennuyeux!

N’étant pas spécialement joueurs, nous avons pris l’EVIP et la SLI couvrant 1.000.000$

Pour avoir une estimation du montant, il est possible de faire un devis directement en ligne sur le site du louer http://www.eaglerider.com/
Ce n’est pas le seul, mais c’est le plus gros et le plus connu, il a pignon sur rue, a des agences dans la plupart des grandes villes. Nous ne l’avons pas expérimenté -heureusement- mais ils ont un service assistance et dépannage 24h/24 et 7j/7.

Parenthèse sur la caution! Elle est débitée de votre carte. Ce qui sous-entends plusieurs choses: il faut avoir cet argent sur votre compte, il faut prévoir que ce sera de l’argent non disponible pour votre séjour, et il faut surtout que votre carte bancaire autorise un tel débit! Rien de plus frustrant que d’être au comptoir du loueur et d’avoir votre carte bleue qui est refusée…
Prévenez votre banquier à l’avance, il est possible de « déplafonner » une carte bleue. Renseignez vous aussi sur les plafonds de débits/paiements autorisés par tranches de 7 jours. Rien que la caution de la moto peut vous faire atteindre ce plafond, et donc plus de possibilité de payer quoique ce soit pendant une semaine.
Les cartes Gold/Premier offrent des plafonds supérieurs, et offrent aussi un certains nombre d’assurances, comme l’annulation, une assistance médicale… C’est vite rentabilisé.

Dans tous les cas, rapprochez vous de votre banque pour connaitre précisément les plafonds de paiement/retrait et les couvertures offertes par votre carte de crédit.

Une fois ces grosses dépenses oubliées, on peut se consoler sur plusieurs choses:

– La location de la moto est en kilométrage illimité.
– L’essence est donnée, ou presque. Ça varie grandement entre les états, mais ça variait entre 0.60 et 0.90€/litre.
– La vie est relativement bon marché, surtout avec l’Euro fort. Nous avons eu la chance de partir à une période ou le taux de change était particulièrement avantageux pour nous. La nourriture est très abordable, l’hôtellerie aussi.

Bilan organisationnel

Tout avait été planifié en avance. Les hôtels étaient tous réservés en avance, parfois depuis 6 mois. C’était particulièrement utile dans les grandes villes et les lieux touristiques. Dans les villes, principalement pour pouvoir choisir son emplacement. Rappelez vous de Los Angeles et de ses 140 kilomètres de long. Si votre hôtel est à 100 kilomètres des lieux à voir, pas terrible. Pour les lieux touristiques, c’est notamment le cas du parc de Yosemite, et pour le Grand Canyon. Ailleurs, il aurait été possible d’arriver sans réservation. Tous les hôtels ont un panneau Vacancy/No Vacancy pour indiquer s’il reste des chambres. A part quelques rares cas, nous avons souvent vu « Vacancy »

Pour le choix de tout organiser soi-même, ou de laisser ça à un tour-operator, il faut se référer à la première page du voyage aux USA. https://toudisenvadrouille.com/2011/06/14/usa-2011-preambule/

Le trajet total effectué

Nous estimons à 20% l’économie réalisée en l’ayant organisé nous-même. De plus, c’est  un plaisir pour nous de passer des soirées le nez dans les cartes, ou sur les blogs à planifier un voyage. Avant le départ, on a déjà l’impression d’être en voyage!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s