Scandinavie 2012 – Préambule

Le vrai voyage, c’est d’y aller. Une fois arrivé, le voyage est fini.
Aujourd’hui les gens commencent par la fin.

Cap au Nord! Après les USA l’an passé, nous décidons de faire le deuxième voyage que le motard se doit de faire, la Scandinavie! L’approche sera un peu différente:

– Nous partons avec notre moto, chargée comme une mule
– C’est plus ou moins à l’arrache, nous allons réserver peu de choses.

Le trajet est par conséquent assez flexible, même si on a déjà noté ce qu’on devait voir. Les objectifs:

  1. Passer le cercle polaire
  2. Voir les îles Lofoten
  3. La route des Trolls (Trollstigen)
  4. L’Atlantic Road 64
  5. Grimper au Preikestolen

Si nous faisons tout ça, la mission sera considérée comme réussie. Le reste ne sera que du bonus.

Bin? Et le Cap Nord?

LA question que nous nous sommes posé plusieurs fois. Même si ça peut faire bondir certains d’aller si loin et de ne pas pousser jusqu’au Cap Nord, nous avons volontairement choisi de ne pas le faire. Lorsque nous serons au plus haut du voyage, vers Abisko, le trajet jusqu’au Cap Nord représente encore un « petit » détour de 2000 kilomètres… N’ayant pas prévu de passer les vacances la tête dans le guidon, nous préférons nous poser quelques jours aux Lofoten. Les guides, et les récits de ceux qui en reviennent sont unanimes: c’est une arnaque à touristes.
On peut en fait distinguer deux types de personnes: ceux qui y sont allés, et qui disent que ce n’est pas la peine. Et ceux qui n’y sont pas allés, et qui disent qu’il faut y aller 🙂 Vu que rien ne remplace l’expérience, nous n’y allons pas. On verra au retour si on regrette ou pas ce choix.

L’organisation est un peu plus compliquée que pour les États-Unis. Les sites sont disséminés à peu près partout, et moins célèbres. Aux USA, Monument Valley ou le Grand Canyon, c’est clairement identifié, c’est incontournable et il n’y a pas 50 routes qui y mènent. La Scandinavie, c’est moins connu, et visiblement chaque endroit est magnifique. Et plus nous lisons des comptes-rendus ou des blogs, plus c’est compliqué de choisir. Nous ne savons pas trop nous décider sur le sens du parcours. Après une intense réflexion, nous allons monter par la Suède, et descendre par la Norvège, le tout sur un mois. Une fois cette décision prise et les dates arrêtées, l’organisation s’accélère.

25 Février

Le bateau est réservé. Nous partirons le Samedi 30 Juin à 19h de Kiel, en Allemagne. Le bateau nous déposera le lendemain matin à Göteborg en Suède. Ça nous fera gagner pas mal de temps, et nous épargnera la montée par la route à travers le Danemark.
Nous embarquerons sur le Stena Germanica III.

StenaGermanica

29 Février

Les quelques hébergements sont réservés. Deux écoles s’affrontent: les guides « officiels » précisent qu’il faut absolument réserver,spécialement dans les endroits touristiques. Les récits de voyageurs ayant fait ce trip disent que ce n’est pas la peine… Nous coupons la poire en deux, et réservons aux endroits prisés:

  • Une auberge de jeunesse à Abisko (2 nuits)
  • Une rorbru (cabane de pêcheur) aux Lofoten (3 nuits)
  • Un bungalow à Oslo, au Bogstad Camping (2 nuits)
  • Un hôtel/auberge de jeunesse à Copenhague (2 nuits)

Nous sommes aussi attendus chez Anne et Valentin le 28 Juillet à Amsterdam.C’est tout, le reste sera improvisé.

Le fait d’avoir réservé quelques hébergements nous donne un peu plus de visibilité sur le trajet. Nous savons que nous devons être le 7 Juillet au soir à Abisko, au Nord de la Suède, le 9 à Ramberg, le 22 à Oslo et le 25 à Copenhague.

18 Mai

Le trajet prévisionnel est finalisé. Montée via la Suède sur une semaine, puis descente par la Norvège sur trois semaines.
Nous réservons les hôtels en Allemagne pour les étapes autoroutières de liaison.

Le mois de Juin sera consacré à la révision complète de la moto. J’esquisse un sourire lors de la pose des plaquettes de freins avant, de la marque SBS. « Scandinavian Brakes System« . Un signe du destin, assurément 🙂

sbs

Je ris beaucoup moins quand je constate qu’une des vis de l’étrier avant droit est grippée. Impossible de la démonter. Ça me coutera un étrier neuf acheté en urgence chez Suzuki. Saluons la sympathie et la rapidité de la concession Speed Motos à Seclin, qui ont les pièces en 48 ou 72h, y compris les demandes les plus tordues, comme les miennes.
Depuis quelques semaines, la moto est équipée d’une selle « confort ». Profitant des beaux jours de fin Septembre 2011, nous avons fait un week-end de test en camping pour estimer la capacité de chargement des valises, et avons noté un mal de fesses que nous n’avions pas eu en Corse ni en Croatie… Étrange, car là, au bout de 100 kilomètres à peine, nous avons envie de faire une pause. Contrariant vu le kilométrage que nous nous apprêtons à faire. Soit nous nous sommes habitués au confort impérial de l’Electra Glide aux USA, soit la mousse de la selle s’est tassée avec le temps, soit nous nous faisons vieux. Ou les trois à la fois 🙂
Voici donc une selle tout confort bien plus moelleuse que celle d’origine.

selle1

Par la même occasion, j’installe un dosseret sur le top case, et un petit porte bagage pour fixer des affaires supplémentaires.

selle2

Après un test rapide, Valou est fan, elle est bien mieux installée.

28 Juin

La moto est prête, révisée de fond en comble. Les 2 pneus sont neufs, 2 Michelin Pilot Road 3. Vidange faite. A ce sujet, je suis censé faire une révision tous les 6000km, mais le trajet en prévoit environ 8000. Peut-être faudra t-il faire une révision en cours de route, on verra. Le kit chaine est récent, il a environ 10000km, ça ira. Le reste, filtre à air, bougies, filtre à carburant ont été changés, de même que l’huile de fourche avec 2 joints spi neufs. Les anciens avaient bien vécu…

Concernant le matériel, c’est le gros chargement.

1. Le matériel de camping

– Tente, un modèle basique que nous avions déjà. Petites séances d’installation/démontage dans le jardin, chrono en main. Elle est montée en 10 minutes environ, parfait.
– 2 Sleeping Bed Decathlon. Après des tests, nous trouvons les draps un peu justes s’il fait froid, nous ne prendrons que le matelas.
– 2 sacs de couchage Decathlon 5°C, pour remplacer les draps trop légers à notre gout.
– Gonfleur à pied
– 2 oreillers auto-gonflants

-> Tout ça rangé dans un gros sac marin jaune Touratech de 89 litres.

sac

Une couverture de survie et 2 gilets jaunes fluo qui se glissent sous la selle.

2. Les repas

– 1 réchaud à essence Whisperlite. Il fonctionne à l’essence sans-plomb, bien pratique par rapport aux réchauds à gaz qui nécessite une bouteille, qui bien sûr est vide au moment ou on en a besoin. De plus, sortis des pays d’Europe Occidentale, les cartouches de gaz sont introuvables. Là, pas de prise de tête, on fait le plein du réchaud en même temps que celui de la moto.

whisperlite
– 1 kit popote 2 personnes
– couverts en plastique
– 4 repas lyophilisés, vraiment en cas de dépannage.
– 1 couteau Opinel. Merci les parents pour ce cadeau!
– 2 rouleaux de PQ (bin oui…)

-> Dans le top case

3. L’outillage

– 1 couteau multifonction type « Leatherman »
– La trousse à outil faite maison permettant de démonter l’intégralité de la moto. Et normalement de la remonter aussi.

trousse1
– Un kit anti-crevaison Touratech avec des mèches + une bombe anti-crevaison
– Une mini pompe à pied (incroyable ce truc, ça tient dans la main et on peut regonfler un pneu de voiture)

pompe
– Une pâte Epoxy de soudure à froid
– Une petit tube de Super-Glue
– Un rouleau de ruban adhésif gris, dit « scotch US »
– La revue technique de la moto au format PDF sur une clé USB

-> Ça tient dans une petite trousse, elle même rangée dans le top-case

4. La paperasserie

Nous ne quittons pas l’Europe, donc pas besoin de passeport, de visa, ou de quoi que ce soit dans le genre. Une carte d’identité en cours de validité, le permis de conduire Français.
Attention, la Norvège ne fait pas partie de l’Union Européenne, donc nous partons avec notre carte Européenne d’Assurance Maladie pour que les soins soient pris en charge sur place, au cas ou. A demander auprès de la CPAM http://www.ameli.fr/assures/votre-caisse-vosges/en-ce-moment/carte-europeenne-d-assurance-maladie_vosges.php

5. Les vêtements

Comme pour les USA, nous partons avec environ 1 semaine de change, nous ferons la lessive sur place. Outre les classiques, notons:

– 2 polaires. Les nuits risquent d’être fraiches
– Des serviettes de bain en microfibre qui sèchent très vite
– Des k-way (Veste et pantalon)

En vêtements moto: Valou part avec son blouson et pantalon hiver, quand à moi je prends mon blouson Ixon été, avec sa doublure étanche amovible. Chacun 2 paires de gants, une « mi-saison » et une « été ». Nous prenons nos chaussures été, mais complétées par une paire de sur-bottes étanches « au cas ou ».

Le GPS Tomtom acheté l’an passé aux États-Unis reprends du service, chargé avec la carte « Europe de l’Ouest du Nord ». Je le place dans un boitier étanche fixé au guidon par un support Ram-Mount, pour l’avoir toujours dans le champ de vision.

6. Bagagerie

  • Le Top case s’est vu ajouté d’un dosseret (pour le confort de Valou, qui va surement regretter la Harley et son confort digne d’un canapé), et un porte bagage.
  • Les valises latérales contiennent les vêtements, chacun sa valise.
  • Le sac jaune va sur le top case. Ça semble impressionnant comme ça, mais finalement il ne contient que des choses légères, mais encombrantes, comme les duvets.
  • La sacoche de réservoir contient la paperasse, comme une carte routière, les guides Lonely Planet, les mails de réservation, le trajet prévisionnel…
  • La tente ira derrière Valou, quelques tests routiers ont montré que si on la plaçait dans le sac jaune, la direction de la moto devenait un peu trop légère.

Bref, nous voilà prêts à tailler la route pendant 1 mois. Finalement, qu’on parte 1 mois ou 1 an, nous prendrions la même chose 🙂

Voici la moto prête au départ

P1000002

P1000003

Nous sommes prévenus pour:

  • Les moustiques
  • Le coût de la vie
  • Les élans et les rennes qui traversent la route juste devant les véhicules et qui provoquent 40 morts par an

Vu que le bateau est le Samedi soir à 19h, et que nous avons 770km à faire, nous décidons de partir la veille, pour prendre notre temps et ne pas stresser si on est en retard. Tout est prêt, il n’y a plus qu’à…

Une réflexion sur “Scandinavie 2012 – Préambule

  1. Pingback: Scandinavie 2012 – Le Bilan | Toudis en Vadrouille

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s